Hapodi, 18 mois après…

Le bilan : 400 000 emails de recommandation, suite à la détection de téléchargements illégaux et 4 500 lettres recommandées…La suite est plus délicate, entre éducation et répression.

Si la loi prévoit de convoquer les récidivistes en justice ( à la 3ème récidive) pour les sanctionner financièrement et/ou pour suspendre leur ligne, cette mise en œuvre s’avère délicate.  En effet, comment évaluer la bonne foi des « attrapés » lorsque des fichiers stockées peuvent être partagés à l’insu de l’internaute car diffusés automatiquement au lancement du logiciel peer to peer…

Mais qui sont ces pirates ?

Une France coupée en 2 : Lorsque 49 % des internautes déclarent télécharger illégalement, ou l’avoir fait, 51 % affirment le contraire

Parmi ces « pirates », 13% sont des consommateurs réguliers et 36 % des consommateurs occasionnels. A noter, 55 % des plus de 30 ans téléchargent régulièrement.

Actuellement Hapodi se concentre sur le Peer to peer, même si dans l’absolu, la loi « ne se limite à aucun moyen ».

Pour aller plus loin:
Sondage Hadopi : un internaute sur deux télécharge illégalement http://pro.clubic.com/legislation-loi-internet/hadopi/actualite-392532-telechargement-hadopi-sondage.html#ixzz1PKrAbRMJ

Ce contenu a été publié dans Information, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.